Artisanat public et industrie privée pour les phages-gardiens

En 2014, les autorités de Grande-Bretagne ont demandé à un groupe de travail de deux années de travailler sur le thème  : Le problème des infections à bactéries résistant aux antibiotiques May 19, 2016

Une donnée est sans appel : les investisseurs ne sont pas intéressés par le secteur des antimicrobiens !!! Schéma en fin de cet article.

Deux scénarios pour les phages-gardiens

Marcel est un patient avec une infection à bactérie multirésistante.
La phagothérapie se fait en deux temps.
1. On administre à Marcel les phages-gardiens correspondant aux bactéries couramment impliquées, phages-gardiens qui sont en stock et produits industriellement.
Eventuellement Marcel est guérit par les phages courants.
2. En parallèle on vérifie que la bactérie prélevée dans l’infection de Marcel est effectivement courante.
Si elle ne l’est pas on va récolter et cultiver le phage-gardien spécifique : artisanat.

Le scénario industriel privé

Il est exploré en particulier par la société Phérécydes.

Il est possible de rémunérer des actionnaires / investisseurs en produisant des phages-gardiens courants – point 1. du traitement de Marcel ci-avant.

Le scénario artisanal public

Il existe 6 mille types différents de phages-gardiens.
La récolte et culture de tel phage pour Marcel – point 2 ci-avant – est un processus artisanal qui ne génère aucun profit direct.

Par contre sauver des milliers de vies et éviter des dizaines de milliers d’amputations et d’invalidité est source d’économies importantes voire colossales pour l’assurance maladie.

Cet artisanat doit donc être public ou selon un modèle qui associe public & privé.

amr neill venture

Publicités