La phagothérapie, un très vieux scandale

La parole mensongère sur la phagothérapie se porte bien depuis un siècle.
Quelques exemples pour la précédente législature sont édifiants.
Il est à noter que la capacité à mentir des techno-médecins sur la phagothérapie a peu de relation avec la couleur politique du gouvernement.

En italique, une sélection de réponses données aux questions des parlementaires.
Ensuite, notre commentaire.

{ Les bactériophages } seraient utilisés dans certains pays de l’Europe de l’Est, avec peu de connaissances sur leurs possibles effets secondaires. (1)
La vérité : Des millions de patients ont été sauvés par les phages en Géorgie et ailleurs.
On connait parfaitement les effets secondaires de la phagothérapie.
Le mensonge :  Dans différents textes on décrit des effets secondaires de la phagothérapie qui sont, en réalité, les effets secondaires à la mort des bactéries. Une bactérie n’aime pas mourir alors elle secrète des toxines qui peuvent donner de la température au patient ou une éruption cutanée.
On ne peut pas soigner le patient sans tuer les bactéries.

Si en raison de leurs indications, les phages relèvent du statut de médicament,
Absurdité : Une transfusion sanguine ou une transplantation d’organe soignent le patient mais ne sont pas des médicaments.
Qualifier les phages de médicaments est absurde ! Ce sont des éléments naturels existant depuis que les bactéries existent. Voir cet article.

la démonstration de leur sécurité d’emploi reste d’approche complexe : il s’agit en effet de traitements à visée essentiellement individuelle pour lesquels des garanties doivent être apportées sur les aspects de production,
Auto-contradiction : Parler de « production » des phages ne correspond à RIEN. Il s’agit de culture locale.

La préparation de cocktails stables de phages prêts à l’emploi est difficile, et de nombreux gènes des phages ont un rôle encore inconnu, avec des conséquences pour les patients difficiles à appréhender.
Incompétence crasse : Un lycéen sait qu’un phage-gardien n’a rien à voir avec une phage-mutateur (gènes au rôle connu) ; au Ministère de la santé, on ne le sait pas !

L’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) suit avec intérêt l’évolution des connaissances sur la phagothérapie et les orientations de la recherche sur les bactériophages, en lien avec les instances européennes également préoccupées par l’apparition d’impasses thérapeutiques.
Scandale sanitaire : Depuis un siècle, on connait parfaitement les phages et la phagothérapie. Voir le film de mars 2019. La question c’est de sauver les gens de la mort, de l’amputation, de l’invalidation ! Et de faire de la recherche à partir de la pratique intense de la phagothérapie, seule recherche productrice de savoir.

Dans les réponses à une autre question (2) on trouve les mêmes horreurs que précédemment et puis …  
On a besoin de données précliniques toxicologiques, avant le développement d’essais cliniques.
On se moque du lecteur ! L’humanité n’était pas née que les phages tuaient déjà les bactéries depuis très très longtemps ! Le phage du 21ième siècle n’a pas décidé, d’un coup, d’être toxique !!!

En France, depuis 2013, l’essai clinique européen Phagoburn est en cours à l’hôpital d’instruction des armées Percy, à Clamart, avec pour objectif d’apporter des preuves sur l’efficacité de la phagothérapie.  (3)
Ah bon ??? Pourtant, en 2019, le Professeur Tristan Ferry va faire cultiver ses phages en Belgique !!!

l’ANSM, par décision du 13 janvier 2016, a créé le Comité Scientifique Temporaire Phagothérapie, … Ce comité est chargé de donner un avis quant aux situations cliniques pouvant justifier un accès précoce aux bactériophages (4)
Totalement faux ! La mission du CSST a été ciblée sur les phages industriels.
Pour chacun des cas cliniques donnés en exemple par le CSST on n’a pas proposé de phages aux patients = on les a laissé mourir !!!

Un consensus s’est dégagé sur trois critères justifiant une situation de besoin … une infection monomicrobienne.
Si le patient a 2 microbes, on le laisse mourir !!!

les phages sont aujourd’hui l’une des approches thérapeutiques innovantes.
Innovantes ? La phagothérapie existe depuis des milliers d’années !!!

il ne faut pas oublier que d’autres approches thérapeutiques innovantes, reposant sur des biotechnologies souvent françaises, sont également prometteuses.
Des promesses !!! Alors que des milliers de patients meurent, sont amputés ou invalidés !!! Et qu’on peut les guérir demain avec la phagothérapie !!!

Notes

Les réponses du Ministère de la santé à :

(1) Question de M. Olivier Falorni
(2) Question de M. Hervé Féron
(3) Question de Mme Véronique Louwagie
(4) Question de Mme Maryvonne Blondin

 

Publicités