Le deuil impossible

Illustration : Hippocrate était à l’écoute des savoirs de toutes les médecines de son temps

Auteur : Christian Bois

Hippocrate a-t-il utilisé la phagothérapie … sans le savoir ?

Dans les années 50 les chimistes-futuristes ont promis qu’ils inventeraient des médicaments pour toutes les maladies.

Les médecins ont clamé la bonne nouvelle : « Tous seront sauvés ! »

En 2018 la réalité est toute autre.

Celle qui nous intéresse ici est cruelle : chaque année en France 150 mille personnes sont touchées par les bactéries multirésistantes, 12 mille vies sont perdues.

L’OMS prévoit le doublement puis le triplement des cas.

TOUS NE SERONT PAS SAUVéS ! par les chimistes-futuristes et les médecins qui se limitent à ce modèle.

Les honteuses thérapies anciennes

Face à la promesse « tous seront sauvés ! » se soigner avec des minéraux, avec des plantes, avec des extraits de plantes ne pouvait être le fait que d’êtres demeurés ou rétrogrades.

En 2018 les demeurés et les rétrogrades survivent – grâce à des pratiques « alternatives » méprisées.
Les tenants de la chimie-futuriste MEURENT par les bactéries multirésistantes, etc.

Vers une gouvernance collective

L’illusion d’un unique complexe médico-phamaceutique futuriste qui remplace les médecines précédentes aura duré un siècle environ.

Les phytothérapies des différents climats et quantité d’autres médecines se sont développées comme « médecines parallèles ».

Il faut maintenant réellement penser ce parallélisme.

Il devrait exister un dictionnaire qui, pour chaque maladie, donne les mérites comparés des différents scénarios.

Le patient doit pouvoir choisir entre les scénarios avec leur profil bénéfice/risque.

Des deuils impossibles

Qui réalisera ce dictionnaire ?
Qui seront les représentants des différentes pratiques de santé ?
Qui sera l’arbitre ?

Chaque pratique doit faire des deuils :

  • fini le rêve d’être la seule pratique
  • fini le rêve de jouer avec des médicaments inefficaces et/ou dangereux
  • fini le discours où l’autre pratique est repoussoir / faire valoir

Si c’était simple de faire le deuil, la mise en place d’une gouvernance collective serait beaucoup plus avancée qu’elle ne l’est.

Les assurances maladie ont à vivre une révolution :

  • remettre le modèle chimico-futuriste à sa juste place
  • faire une place aux autres thérapies avec une reconnaissance du rapport bénéfice/risque de chacune
  • accepter que certains patients ont besoin d’un travail sur le discours – psychanalyse, etc.

Pour l’institution soignante nous avons vu que le problème se situe massivement au niveau du discours, au niveau de la description, etc. .

L’institution soignante est malade du discours et la solution est dans le travail sur le discours.
Certains patients sont malades du discours et la solution est dans le travail sur le discours.

La phagothérapie au coeur du combat

Souvent on reproche à la phagothérapie d’être une pratique « d’un autre temps ».
Comme si l’efficacité thérapeutique était une question d’époque.

Les Nations Unies / OMS ont lancé un vaste inventaire des médecines et pharmacopées traditionnelles.

Certaines ont des milliers d’années d’existence et sont toujours d’actualité.

Une actualité proportionnelle au deuil du modèle unique chimico-futuriste.

L’actualité de la phagothérapie est aussi celle d’être une alternative efficace dans la lutte contre les bactéries.

.

.

.

Publicités

Une réflexion sur “Le deuil impossible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s